Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Data

Le Parlement britannique accuse Facebook de divulguer des données

06/12/2018 - par La Rédaction, avec AFP

Une commission parlementaire britannique a accusé mercredi 5 décembre Facebook de divulguer des données personnelles d'utilisateurs à certaines entreprises, plus de 200 pages d'emails internes au géant américain à l'appui. Facebook s'est défendu de toute irrégularité. « La publication de ces documents est dans l'intérêt du public », a tweeté Damian Collins, le président de la Commission sur le numérique, la culture et les médias (DCMSC) de la chambre des Communes. 

« Ils soulèvent des questions importantes sur la manière dont Facebook gère les données de ses utilisateurs, sur leurs politiques en matière de collaboration avec des développeurs d'applications et sur la manière dont ils exercent leur position dominante sur le marché des réseaux sociaux », a-t-il ajouté. Facebook est depuis plusieurs mois dans le viseur de cette commission dans le cadre d'une enquête sur le phénomène des « fake news ».

La semaine dernière, le président de la Commission avait demandé à un responsable du réseau social d'expliquer le contenu d'emails internes de Facebook saisis au sein de l'entreprise américaine Six4Three, provenant à l'origine d'une plainte aux Etats-Unis et obtenus en vertu d'une procédure parlementaire rarement utilisée.

 

« Accès total aux données »

 

« Nous ne pensons pas avoir reçu de réponses franches de Facebook sur ces questions importantes. C'est pourquoi nous publions les documents  », a expliqué Damian Collins mercredi. Dans un résumé de cette liasse de 250 pages de documents, qui inclut des emails envoyés par le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, Damian Collins soulève plusieurs « problèmes-clés ». 

Il affirme que Facebook a noué des accords avec certaines entreprises pour leur permettre « un accès total aux données des amis des utilisateurs » du réseau social, bien que le géant américain ait annoncé en 2015 mettre fin à ces accès.

Selon lui, Facebook a aussi utilisé la start-up israélienne Onavo, qui développe des applications de service mobile, pour conduire des enquêtes sur l'usage des applications par les utilisateurs, « apparemment à l'insu » de ceux-ci, selon Damian Collins.

Contacté par l'AFP, Facebook a affirmé « n'avoir jamais vendu les données de quiconque ». Les documents publiés mercredi « sont présentés de manière très trompeuse sans ajouter de contexte », a déclaré un porte-parole de Facebook.

Ce porte-parole a rappelé les changements effectués par le réseau social en 2015 pour empêcher le partage de données d'amis d'utilisateurs avec les développeurs d'applications. Facebook est empêtré dans plusieurs affaires, comme les accusations d'ingérence russe sur sa plateforme dans l'élection présidentielle américaine de 2016, mais aussi le scandale de l'exploitation par la firme Cambridge Analytica de données d'utilisateurs à leur insu à des fins politiques, de même qu'une faille de sécurité ayant conduit au piratage de millions de comptes.

Envoyer par mail un article

Le Parlement britannique accuse Facebook de divulguer des données

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.