Vous êtes ici

Annonceurs et agences, 3 questions à vous poser sur la vidéo

15/10/2014 - par Caroline Hugonenc, Directrice Marketing de Teads

Les annonceurs et les agences le constatent concrètement, la vidéo est un agent du changement. Plus facile à produire, plus diversifiée, plus ciblée, elle amène à revoir les organisations et leur mode de fonctionnement pour s'adapter à la réalité de la consommation des écrans et profiter des nouvelles opportunités offertes par le digital. Trois questions essentielles à se poser pour affiner sa stratégie :

1.      Quels formats produire ?

Le digital  a permis de faire exploser les contraintes imposées à la publicité par la télévision linéaire. Films, documentaires, web séries, ou clips de 6 secondes, désormais tous les genres  sont permis. Diffusés sur les plateformes de partage, les médias sociaux  ou les sites des marques,  ces  vidéos n'entrent  pas dans les normes standard du broadcast, et appellent une nouvelle génération de formats publicitaires. En effet, compte tenu de leur durée et du mode de consommation de la vidéo sur le web,  il est impossible de promouvoir des contenus longs avec des formats  pré-roll sur le modèle de la télévision.  Il faut mettre en place un nouveau mode de distribution pour ce type de contenu vidéo.

2.      Quels interlocuteurs pour le vidéoplanning ?

Dans la plupart des cas aujourd'hui, la vidéo est gérée par les acheteurs TV, qui ont élargi leur champ d'action, en achetant dans un premier temps le complément digital d'un plan TV. A l'inverse, les acheteurs Display  ont acquis une expertise vidéo en achetant des campagnes vidéo spécialement conçues pour le web. Les acheteurs de vidéo doivent également composer avec  les trading desk d'agence, très actifs sur l'achat de vidéo au CPM. Aujourd'hui il faut développer des passerelles entre ces interlocuteurs pour faciliter l'intégration de la vidéo online dans les plans médias.

3.      Quelle interaction souhaitée avec le public ?

 En s'affranchissant du flux vidéo, la publicité vidéo gagne également en profondeur et en interactivité. On s'écarte de la notion d'écran publicitaire pour proposer aux consommateurs de véritables expériences publicitaires autour d'une vidéo. Par exemple, le clip Happy de Pharrell Williams » qui proposait aux internautes de se déplacer sur une timeline de 24 heures, pour découvrir tous ces artistes dansant sur le même morceau. Et ce sans aucune interruption dans la musique (insérer lien : http://www.strategies.fr/actualites/marques/238897W/pharrell-williams-fait-les-heures-du-chant.html)

A partir d'un spot, il est possible de créer des scénarii totalement différents en fonction des objectifs : renforcer l'association à la marque par un habillage des partages et des commentaires, en intégrant un fil twitter, créer de l'engagement en fidélisant sur des séries (à l'exemple de la série « on the road again » lancée par Ford), ou encore générer des visites en concession.

Lorsque l'interaction est créée, il n'est pas rare de voir des vidéos destinées à un public local connaître une notoriété  mondiale, sans que cela soit le but visé au départ.

Exemple de la campagne ‪Labels Against Women | #ShineStrong Pantene

La campagne Shine Strong de Pantene a pris naissance en décembre 2013, à la suite du succès mondial de la vidéo, intitulée ‘Labels,' qui a tout d'abord été lancée aux Philippines, mettant en vedette des étiquettes masculines et féminines dans le lieu de travail (une vidéo qui a été visionnée plus de 46 millions de fois sur YouTube à ce jour)

Le digital permet de créer les conditions d'une diffusion globale, sur les médias sociaux mais aussi sur les sites médias premium sur une base mondiale, comme c'est le cas pour l'offre Elite de Teads qui permettent aux annonceurs d'accéder à un prime time mondial en passant par un seul et unique interlocuteur.

Et une dernière : éditeurs, voulez-vous monétiser votre contenu ?

La publicité vidéo représente une formidable opportunité de générer des revenus, et cela pour tous les éditeurs, qu'ils produisent ou non du contenu audiovisuel. Grâce aux formats outstream inventé par Teads dont InreadTM,  qui positionne les publicités vidéo au coeur même du contenu, les éditeurs peuvent monétiser avantageusement chaque page de leur site web.
La publicité vidéo outstream permet aux éditeurs de se concentrer sur ce qu'ils font le mieux, tout en élargissant les inventaires de publicité vidéo et en leur permettant de percevoir des revenus supplémentaires importants.

Quatre questions auxquelles Teads peut vous aider à répondre, n'hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de notre expertise : ici

Envoyer par mail un article

Annonceurs et agences, 3 questions à vous poser sur la vidéo

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Expertises

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies