Vous êtes ici

Présidentielle 2017

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Et si j'étais président...

Yvan Lefranc-Morin (Flixbus): «Prôner le citizen happiness»

09/03/2017 - par Majda Chaplain

Et si vous étiez le nouveau président de la République? Trois questions posées à Yvan Lefranc-Morin, directeur général de Flixbus. Quinzième épisode d'une série d'interviews hebdomadaires réalisée par Majda Chaplain, CEO de MC Factory, en partenariat avec Stratégies.

Si vous étiez président, quels seraient les trois points principaux de votre programme?

Yvan Lefranc-Morin. Le premier point sur lequel il faudrait travailler serait l’éducation 4.0. Une éducation qui serait axée sur les nouvelles technologies ainsi que sur une ouverture à l’international. Il s’agirait d’intégrer le numérique dans le système éducatif français, en apprenant par exemple le codes dès la primaire. De plus, l’apprentissage de l’anglais ne doit plus être optionnel mais doit être considéré comme une deuxième langue maternelle.

Le deuxième point porte sur la refonte totale du droit du travail en simplifiant à l’extrême le formalisme qui génère une perte de temps considérable et empêche les entreprises de se concentrer réellement sur leur valeur ajoutée. Il faut créer de la flexibilité pour que les PME puissent embaucher, être efficaces pour rester compétitives à l’ère de la mondialisation.

Enfin, le troisième point concerne la transparence et l’intransigeance totales envers les élus, de manière à redonner de la crédibilité au système. La France a soif d’exemplarité. Il faut en finir avec les privilèges et les passes droits. Pour y remédier, on peut penser à la publication en open data de la déclaration du patrimoine des élus, à la peine d’inéligibilité des élus… dans le but de redorer le blason de la France et de restaurer la confiance.

 

Quel serait votre projet pour booster la transformation digitale des entreprises françaises?

Y.L.-M. La France a su prendre le virage digital, et beaucoup d’acteurs privés français nous le prouvent au quotidien. En étant créatifs et agiles, ils vont chercher la croissance. Nous pouvons en être fiers. Mais nous devons accompagner davantage. Nous irons recenser les besoins des entreprises via les états généraux du numérique, afin d’être au plus proche de leurs besoins et nous permettre de prendre les bonnes décisions. Nous encouragerons le partage de la connaissance et du savoir-faire entre les entreprises et l’enseignement. Il faut aussi impliquer les chambres de commerce et d'industrie dans la digitalisation de l’économie, en nommant des ambassadeurs digitaux dans les territoires pour que tous, sans exception, soient embarqués dans cette transformation. Et bien sûr, nous comptons adapter le cadre règlementaire et fiscal pour lever les zones d’ombre liées à tous les aspects de cette transformation digitale et permettre aux entreprises de se développer sereinement tout en innovant.

 

Pourquoi faudrait-il voter pour vous? Quelle serait votre principale qualité de dirigeant? Qui choisiriez-vous comme Premier ministre?

 

Y.L.-M. Il faudrait voter pour moi pour mon raisonnement pragmatique, sans posture de principe pour plaire à un électorat pour des raisons de calculs politiciens et ma capacité à aller chercher des réformes sociales et économiques.

Et aussi pour ma vision européenne: en tant que dirigeant d’entreprise française qui opère à l’étranger, je maintiens que seule l’Europe nous permettra de lutter face aux grandes puissances et être leader face aux concurrents. Il faut remettre l’Europe au cœur du jeu. Enfin, j’ai beaucoup de bienveillance envers mes concitoyens : être à l’écoute, ouvert permet de prendre les bonnes décisions. 

 

Mon Premier ministre doit ressembler aux citoyens, avoir déjà été confronté aux contraintes opérationnelles du quotidien, avec des expériences professionnelles et de réelles compétences. Et il doit aussi avoir des expériences dans le numérique et l’international. Ce serait Jean-Baptiste Rudelle, PDG de Critéo, qui incarne selon moi la nouvelle génération d’entrepreneurs qui a su hisser sa PME au rang de leader mondial.

 

Lire l'intégralité de l'interview sur le site de MC Factory

À propos d’Yvan Lefranc-Morin

Yvan Lefranc-Morin est diplômé de l’université Paris-Dauphine (master 2 banque & finance) en 2008. Il débute dans les fusions-acquisitions au sein des équipes de Rothschild & Cie puis d’UBS Investment Bank. Il cofonde ensuite une start-up spécialisée dans l’analyse de données marketing sur internet, avant de prendre en charge le corporate development d’une société spécialisée dans le paiement online. Il rejoint Flixbus, start-up leader du marché du car longue distance, en juin 2015, en tant que directeur du développement de Flixbus France, avant d’en être nommé en septembre 2016 directeur général.

Envoyer par mail un article

Yvan Lefranc-Morin (Flixbus): «Prôner le citizen happiness»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.