Vous êtes ici

Présidentielle 2017

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

La semaine vue par...

Antoine Genton (I-Télé): «La grève nous fait mal, nous n'informons pas»

26/10/2016 - par Propos recueillis par Amaury de Rochegonde

Antoine Genton, président de la Société des journalistes d'I-Télé, commente pour Stratégies l'actualité de la semaine.

I-Télé contraint de reporter son nouvel habillage sous la marque CNews et le tournage de l’émission Morandini Live, après plus d’une semaine de grève de ses journalistes, appelés à faire jouer leur clause de conscience…

CNews est en effet reporté, mais cela ne règle pas les problèmes. Nos revendications n’ont été que très partiellement entendues. On assiste au conflit le plus long que la chaîne ait connu, avec une grève -la deuxième en quatre mois- qui est entrée lundi dans sa deuxième semaine, après deux motions de défiance très largement approuvées. Cela donne une idée de la situation et de la colère des salariés de la chaîne. L’arrivée de Jean-Marc Morandini a été un déclencheur. Avec l’invitation à faire jouer sa clause de conscience, dans un contexte d’emplois difficile et des conditions financières non satisfaisantes, on a l’impression que la direction cherche à faire partir ceux qui ne sont pas d’accord avec elle. Mais il est difficile de savoir avec quoi être d’accord. Le projet n’est toujours pas précisé, hormis qu’il fait appel à Morandini.

 

Les annonceurs demandent à ne pas être présents sur sa tranche.

Cette fuite publicitaire est inquiétante pour la chaîne, évidemment. Mais c’est aussi un soutien implicite à notre combat… que les annonceurs ne jugent pas complètement infondé.

 

Audrey Azoulay parle de «trumpisation de l'information».

C’est un nouveau soutien pour I-Télé et ses salariés. Selon Les Jours, François Hollande appelle à soutenir la rédaction. Nous avons demandé la médiation du ministère de la Culture. Sur le terme de «trumpisation», la meilleure preuve se trouve dans les émissions réalisées depuis l’arrivée de Jean-Marc Morandini, qui se caractérisent par un manque de rigueur et d’éthique. C’est à l’opposé de ce qu’est I-Télé.

 

Un nouveau chapitre important de la convergence télécoms-médias s’écrit avec l’absorption par AT&T du groupe Time Warner (CNN, HBO, Warner Bros).

Les journalistes ne sont pas autistes. Nous avons conscience de l’évolution des entreprises de médias, de la concentration, de la nécessité de travailler au sein d’un groupe diversifié. Dans le passé, I-Télé a d’ailleurs mis en avant des matchs de la Ligue 1 de football ou du Top 14 de rugby sur Canal+. Mais nous voulons exercer notre métier avec indépendance, sérieux et déontologie. Des valeurs que nous avons l’impression de voir piétinées depuis la venue de Morandini.

 

Le deuxième débat de la primaire de la droite et du centre sur les chaînes d'info le 3 novembre?

Pour le moment, il n’y a aucune raison pour que ce débat ne se déroule pas sur I-Télé. Nous n’avons pas l’intention de priver les téléspectateurs de ce type d’actualité, à l’approche de l’élection présidentielle. La grève nous fait mal car on n’informe plus, on ne fait plus notre métier qui est de délivrer une information crédible, fiable et indépendante des intérêts des actionnaires.



BFM TV qui se déploie à Paris, le 7 novembre.

C’est une bonne idée. On assiste à l’émergence d’un nouveau modèle: la chaîne d’information en continu de dimension locale. Ce type de proposition, qui s’inspire de ce qui se fait aux États-Unis, à New York notamment, peut représenter une offre très intéressante sur ce qu’il se passe à Paris. Je n’y vois pas une chaîne d’info de plus, mais une déclinaison de BFM TV, plus précise et complémentaire des autres chaînes d’information continue.

Envoyer par mail un article

Antoine Genton (I-Télé): «La grève nous fait mal, nous n'informons pas»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.