Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Exposition

Topor ramène ses gueules

24/04/2017 - par Delphine Le Goff

La BNF consacre jusqu'au 16 juillet une rétrospective de Roland Topor. Une œuvre foisonnante, toujours aussi provocante et protéiforme, du dessin de presse aux affiches en passant par la télévision.

Son père lui avait répété: lorsqu’on est artiste, on ne meurt jamais. «Topor voulait que son œuvre soit diffusée le plus possible. Le contraire de l’élitisme, en somme, explique Alexandre Devaux, historien de l’art. Opposé qu’il était à la pensée unique, il ambitionnait que son œuvre soit multiple.» 

Cette multiplicité, la Bibliothèque nationale de France a décidé de la décliner sous toutes ses facettes, dans tous ses méandres. Une rétrospective en forme de cosmographie intitulée «Le monde selon Topor» jusqu’au 16 juillet 2017. Alexandre Devaux est l’un des commissaires de cette foisonnante exposition. Selon lui, les racines de la luxuriante créativité de Roland Topor sont liées à son enfance, marquée sous le signe de la fuite, la nécessité de la dissimulation.
Roland Topor naît à Belleville en 1938, deuxième enfant d’Abram Topor et Zlata Binsztok. Abram, qui a gagné un second prix de sculpture à Varsovie, arrive à Paris dans les années 1930 pour fuir l’antisémitisme. Peine perdue: en 1941, Abram est victime d’une rafle, envoyé au camp de Pithiviers. Miraculeusement, il arrive à s’en échapper et retrouve clandestinement sa famille pour quelques moments volés aux abords des arènes de Lutèce. Mais en ces temps troublés, la prudence est de mise: la propriétaire de l’immeuble des Topor, une délatrice zélée, les surveille sans relâche. La mère de Roland Topor les incite à mentir.

Dualité

«C’est sans doute à cette période que Roland Topor a développé un imaginaire débridé. Il a toujours estimé que l’imagination était une forme de mensonge. C’est aussi à ce moment qu’il développe un rejet de la norme, de ces gens capables de tout en temps de guerre qui redeviennent tout à fait normaux en temps de paix. À l’instar de cette propriétaire collabo, que les Topor continueront à croiser après la Libération», souligne Alexandre Devaux.

Une dualité qui restera toujours une source d’angoisse, de peur panique pour Roland Topor. Tout comme les alertes sanitaires de l’après-guerre, qui donnent au garçonnet la hantise de ne pas vivre jusqu’à ses dix ans. «Tout cela a créé une forme d’urgence chez Topor, analyse Alexandre Devaux. Et contrairement à son père, il a voulu être connu, beaucoup et très vite.»

La reconnaissance se fera grâce à la presse et à un mentor, le dessinateur Siné. «Dans Complaintes sans paroles, édité par Jean-Jacques Pauvert en 1955 et signé Siné, Topor découvre ce dessin d’humour, inspiré notamment de l’américain Saul Steinberg, un dessin violent, sans légende, hérité du ready-made à la Duchamp».

Durant ses années Hara-Kiri, de 1961 à 1966, Topor reprendra d’ailleurs à l’envi le personnage du monsieur en chapeau melon utilisé par Siné. «Cette figure est inspirée des gravures populaires du début du siècle, parues dans des revues comme le Journal des Vosges ou encore L’illustration, dont Siné et Topor étaient de grands lecteurs, explique Alexandre Devaux. Au fil des années, l’homme au chapeau melon –qui renvoie à cette “norme”, ce modèle de conformisme qui angoisse tant Topor– va laisser place à un personnage de plus en plus métaphysique». Et aussi à des “tronches” malmenées, brutalisées. «Nous venions juste d’incorporer les mots “Journal bête et méchant” au titre, les gueules suppliciées de Topor tombaient à pic», écrit Cavanna dans son livre de souvenirs Bête et Méchant.

Trinité

Paradoxalement et parallèlement à l’univers foutraque du bébé de Cavanna et du professeur Choron, Topor officie aussi plusieurs années pour le très chic magazine Elle. C’est l’époque Peter Knapp, ébullition graphique et créative initiée par le photographe et directeur artistique. «Topor venait se positionner efficacement à côté des Chaval ou Siné qui était “dur” et Folon, plus “doux”», se souvient Knapp. Trinité du style Topor? «Du sang, de la merde et du sexe, lâche Alexandre Devaux. Trois obsessions qui lui viennent sans doute de son séjour forcé à la campagne, en Savoie, pendant la guerre. Ce souvenir de la campagne a développé son regard critique sur la vie urbaine, trop lisse. Avec toujours en creux cette idée qu'il est dangereux de nier l'animalité des êtres humains, sans quoi elle risque de se réveiller, plus forte que jamais.»

Chez Hara-Kiri, Topor décline ses corps épluchés, ses étrons en farandoles, ses vulves dentées. Tout en pratiquant la technique ancienne de la gravure: Topor vénère Gustave Doré et ombre ses dessins de multitude de petits traits et croisillons. Toutefois, il finit par quitter le journal qui l'a fait connaître. «Hara-Kiri paie mal, mais Elle paie bien. C’est pourquoi, en 1966, Topor va délaisser le premier pour commencer à travailler sur son long métrage d'animation La Planète sauvage, qui sortira en 1973», souligne Alexandre Devaux. Il entame aussi une carrière aux États-Unis, où il officiera pour le New York Times. «Seymour Chwast, fondateur des Push Pin Studios, a dit de Topor qu'il était l'un des plus grands génies graphiques du XXème siècle avec Magritte», rappelle Alexandre Devaux. 

Artiste de presse

Pendant ce temps-là, en France, les pavés volent. L'année 1968 marque la parution d’une série de dessins de De Gaulle, parus dans les revues Action ou encore Kamikaze. Pourtant, Topor ne voit dans les «événements» que l’agitation de «jeunes bourgeois en rupture de ban». Et le dessin d’actualité l’ennuie souverainement. «Topor était plus un penseur qu’un activiste, estime Alexandre Devaux. Contrairement à ce que beaucoup imaginent, il n’était pas un dessinateur engagé, hormis dans sa propre vie… Il se considérait comme un artiste quand ses amis se voyaient comme des journalistes.»

Pourtant, le dessin qui a le plus marqué les esprits est sans doute le fameux «Marteau pilon, poil au menton», repris pour une affiche fameuse d’Amnesty International de 1976, qui hante encore les souvenirs des enfants nés sous Giscard. Le dessin avait déjà été publié dans Hara-Kiri en 1966, dans le journal provo de Willem God, Nederland et Orange en mars 1967, dans l’album Cosy Corner en 1972 puis dans la revue Mépris en 1973. Un exemple d’une pratique chère à l'artiste: «Topor a beaucoup recyclé ses dessins –surtout ceux qui n’étaient pas payés, rappelle Alexandre Devaux. Un choix économique, mais également lié à son désir de multiplicité.» En 1989, le «coup de marteau» sera peint à une échelle monumentale sur un mur à Maastricht. Recyclage ultime.

Topor et la télé

Merci Bernard, Palace avec Jean-Michel Ribes mais surtout Téléchat. Star de la télé lui-même, avec son rire tonitruant et communicatif, Topor a enchanté une génération avec son «hit», la «télévision des objets», présenté par le chat Groucha (baptisé ainsi en hommage à Groucho Marx), l’autruche Lola et l’attachant gluon du trou. «Le gluon était inspiré par une découverte éponyme faite dans un accélérateur de particules de Hambourg, raconte Alexandre Devaux. Par la suite, pour des raisons économiques –cela coûtait cher d’animer tous les objets–, le gluon s’est multiplié: gluon de la table, gluon de l’escalier… Aussi parce que Topor partait du principe que les plus petits sont les plus bavards.» L'exposition fait aussi la lumière sur la relation ambiguë entretenue par Groucha et la gironde Lola: le recueil À rebrousse-poil, le tour du monde de Groucha en 80 jours donne à voir dans une série de planches très moites la sexualité torride du matou et de l'autruche...

Envoyer par mail un article

Topor ramène ses gueules

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies