Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Innovation

En immersion digitale avec BCG

12/11/2018 - par emmanuel Gavard

Le Boston Consulting Group vient d’inaugurer un lieu spécifiquement dédié à la transformation digitale, afin que les dirigeants viennent s’aérer la tête, pour mieux penser la nécessaire mue de leur entreprise.

La transformation digitale, les précurseurs en parlent depuis dix ans, mais il faut se rendre à l’évidence : aujourd’hui, c’est toujours un sujet pour la plupart des entreprises. « La plus grande difficulté, c’est celle du passage à l’échelle. Toutes les entreprises lancent beaucoup de projets, mais restent bloquées au stade de proof of concept, et n’arrivent pas à aller plus loin, décrit Gwenhaël Le Boulay, directeur associé senior chez BCG. Au-delà de la stratégie, l’exécution reste très compliquée. » Pour ça, il faut prendre du recul, prioriser, anticiper les résistances au changement, et prévoir l’inattendu. Afin d’aider les équipes de direction, qu’il conseille tous les jours, le Boston Consulting Group a inauguré un lieu, spécifiquement dédié à la transformation digitale : l'Immersion Center. Il vise les dirigeants des grands groupes, surtout les membres du board, qui prennent les décisions, mais sont souvent aussi le nez dans le guidon.

Créer un déclic

BCG a recruté Laura Ghebali Boukhris, une doctorante du Conservatoire National des Arts et Métiers, spécialisée en transformation digitale, pour créer et gérer le lieu. Au total, 720 mètres carrés, en plein cœur de Paris, entièrement digitalisés, et dédiés à des « breaks out ». Tout a été conçu par des experts « agiles » de chez BCG, et dessiné par le cabinet Aurore Vachette Architecture – AVA. « Tout, jusque dans le choix des matériaux, est destiné au travail d’idéation », décrit Laura Ghebali Boukhris. Le but ? S’ouvrir l’esprit par des rencontres et du travail de fond sur les projets digitaux des entreprises. « Nous voulons créer un déclic chez nos clients, dans leur manière de travailler », explique Gwenhaël Le Boulay. Et transmettre ce déclic aux équipes, une fois retourné entre les murs de l’entreprise. La transformation digitale passe par l’humain. Pour que cela avance, il faut changer les mots, le discours. Et donc avoir un autre état d'esprit. En s’appuyant sur des sessions allant de la demi-journée à deux jours, les dirigeants concernés peuvent venir brainstormer, s’ouvrir l’esprit, et comprendre les enjeux de la transformation digitale, dans leur secteur. « Ensuite, lorsque les projets sont priorisés et qu’un plan est défini, les équipes concernées peuvent venir travailler, en groupe, et faire des workshops, des formations, et venir travailler avec nos experts, sur le fond d’un des sujets. Ces sessions-là peuvent durer quatre mois », détaille Laura Ghebali Boukhris.

En interne, le lieu permet également aux équipes de BCG expertes en numérique, de se retrouver et d’échanger. Le cabinet a ainsi créé un carrefour de Knowledge Management pour l’interne, spécialisé en numérique. Et propose au passage un service supplémentaire à ses clients.

Penser autrement

Le principe du centre consiste à créer un lieu pour que les dirigeants puissent changer de perspective. BCG a ainsi imaginé une salle «véritablement 360», ironise Laura Ghebali Boukhris, avec des écrans tout autour. «Nous avons volontairement retiré tous les sièges, pour que les personnes restent debout et puissent se mouvoir dans l’espace, pour aller à l’information, pour se sentir libres», décrit-elle. La personne plonge alors au cœur de la présentation, et ne les visualise plus à plat dans des Powerpoint classiques, avec des slides qui dé lent les uns après les autres. Il est alors possible d’avoir une vue générale des projets, de pouvoir visualiser plusieurs informations sans effort, et de connecter différentes problématiques qui ne seraient pas forcément apparues autrement. «Cela facilite une compréhension de tous les éléments d’un projet. L’esprit se représente mieux les choses», argue Laura Ghebali Boukhris.

 

 

 

Sortir des lieux habituels

«Le but est de créer un espace qui tranche avec les salles de réunion classiques de board aux tables ovales», explique Gwenhaël Le Boulay, directeur associé senior chez BCG qui a «copiloté» le projet. Canapés, poufs, écrans tac- tiles... Si ce sont des espaces bien connus des secteurs de la tech, dans le monde des start-up ou de la com, ce n’est pas encore un réflexe dans beaucoup de grandes entreprises. En ré échis- sant au sein d’un tel univers, en sortant de leur cadre, dans un monde entièrement connecté, BCG veut amener les dirigeants à s’interroger autrement. «Nous souhaitons créer un déclic dans la manière de travailler et non pas faire un lieu de démonstration technologique. Les dirigeants doivent repartir avec de nouvelles méthodes et comprendre que la transformation digitale, ce n’est pas simplement de nouveaux outils», continue le directeur associé. Le centre organise également des conférences avec des intervenants externes pour «aérer l’esprit» des équipes et des clients de BCG.

 

 

Workshops et réflexion

Par sessions d’une demi-journée à deux jours, les dirigeants travaillent à réaliser leur transformation digitale. «Nous cherchons à clari er avec eux la si- tuation, sélectionner l’important,“prioriser”, trouver des idées, et faire sauter les verrous de la résistance au changement. Des workshops, avec les équipes du client et des experts en digital de BCG, permettent de travailler à la mise en place d’un projet», affirme Laura Ghebali Boukhris. Le cabinet de conseil a imaginé un jeu de rôle pour appréhender la transformation digitale. Il met les joueurs dans la peau d’un dirigeant, avec un budget de 50 millions d’euros. «Le jeu correspond à 18 mois de la vie réelle, et permet de se projeter dans différentes étapes. À chaque décision prise, des feedbacks inventés par nos équipes leur sont transmis. Cela leur permet de se confronter aux situations et d’appréhender les conséquences de leurs choix, de savoir si les impacts seront mineurs ou majeurs», détaille la responsable. Une immersion par la gami cation qui permettra de transmettre et de raconter. D’autres activités permettent de s’initier à la méthode agile, en codant les mouvements d’un robot ou en la comparant au modèle du cycle en V (type de gestion de projet né dans les années 80).