Vous êtes ici

Cannes Lions 2017

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le 64e Festival international de la créativité est, comme chaque année, un formidable creuset d'idées, de tendances et d'innovations... Voici une piste à explorer. (4/5)

En panne d’inspiration? Pas de panique, il y a… Donald Trump. Depuis un an, le brouhaha médiatique du tonitruant président soulève la mer, les bateaux et les agences… En 2016, les campagnes ont multiplié les références, surtout aux Etats-Unis, et parfois jusqu’à la saturation. Il faut dire que le milliardaire est un puits d’idées. Par exemple, les «alternative facts» et «fake news» (infox en français), charriées avec la présidentielle américaine, ont remis au centre du jeu le thème de la vérité. En réaction à ce climat, The New York Times clamait en février, épaulé par Droga 5, que «la vérité est plus importante maintenant que jamais».

 

S’il est de coutume que les candidats et présidents américains cristallisent l’univers de la publicité, Trump l'a attiré telle une mouche, et il est devenu de bon ton de lui taper dessus. Dernièrement, Smirnoff expliquait que sa vodka était «faite en Amérique, mais nous serions heureux de parler de nos liens avec la Russie sous serment»… Dans ce flot, les messages opportuns se mélangent aux opportunistes. L’usage de la sulfureuse image de Trump a même agacé des membres du jury PR aux Cannes Lions, où l’on a compté vingt-cinq campagnes autour de ce thème. «C’était frappant, à tel point que nous nous sommes demandés s’il n’y avait pas une catégorie Trump, s’exclame Corinne Got, directrice générale de Hill+Knowlton Strategies et jurée dans cette catégorie. Cela a permis à certaines marques d’affirmer leurs valeurs de façon détournée.»



Et parfois frontalement, comme lorsqu'en début d'année, des PDG tels que Mark Zuckerberg (Facebook), Satya Nadella (Microsoft) ou Tim Cook (Apple) ont dénoncé sur Twitter la politique migratoire de leur président. Pour bien des marques, la «Trumpmania» relève de la tendance, décelée parmi d’autres dans des logiciels d’aide à la décision «data driven». Tant pis si le sujet est lourd d’impacts sociétaux et géopolitiques. On place son embarcation dans le sens du courant et, ainsi, vogue la galère.

Envoyer par mail un article

Trumpmania

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.