Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tout est «gate»

11/04/2017 - par Delphine Le Goff

L'overdose guette. Penelope-Gate, Diesel-Gate, Renault-Gate, Le Roux-Gate… Les scandales se suivent et ne se ressemblent pas. À un détail près : le suffixe-« gate », employé jusqu’à la nausée. Certains évoquent une « gate-ification de l’info ». D’aucuns ont peut-être oublié l’affaire du Watergate - du nom du bâtiment où Richard Nixon menait les écoutes illégales qui mèneront à sa démission, en 1974. On oublie aussi que « gate » ne signifie rien d’autre que « porte » ou « portail ». Passé les bornes, y a plus de limites ? Utiliser le terme, c’est signifier un franchissement moral. Mais alors qu’un « gate » chasse l’autre, on finit surtout par avoir le sentiment d’une consommation – boulimie ? – médiatique du scandale. À l’utiliser à tort et à travers, on galvaude un terme fort qui renvoie à une pratique noble du journalisme, celle de l’investigation. C'est sûr, le mot claque. Tout comme le terme "punchline", qui, au cours du débat présidentiel, a supplanté dans la presse les anciennes "petites phrases", comme si les candidats étaient des acteurs de stand-up à la Seinfeld. Spectacularisation de l'info, américanisation du politique... Le tout contribue surtout à l'avénement d'une nouvelle ère : celle de l'insignifiance.

Envoyer par mail un article

Tout est «gate»

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.