Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Le billet de la rédaction

Decaux ubérisé

06/04/2017 - par Amaury de Rochegonde

Un géant mondial de la communication extérieure aux 13 000 collaborateurs défié par une start-up de 38 salariés implantée à Helsinki, Moscou, Marrakech, Vancouver ou Montpellier ? Cela ne vous rappelle rien ? La façon dont Smoove dispute à JCDecaux le contrat dit « Vélib2 » sur le marché des vélos partagés s’apparente à une opération d’ubérisation. On y retrouve tous les ingrédients : prix avantageux fondé sur un « dumping social », dixit le géant de l’affichage, capacité à gérer une présence physique (715 stations, 8800 vélos en libre-service, 13000 en location longue durée) autant qu’immatérielle avec des solutions logicielles permettant de gérer à distance un parc de deux roues et des paiements, boîtier électronique permettant de géo-localiser les vélos, mobiliers de stationnement alimentés par des panneaux solaires… Pour contrecarrer l’offre du groupement Smoovengo, qui doit être encore confirmée le 12 avril, JCDecaux ne peut se contenter de mettre dans la balance ses 315 salariés et un vélo signé Philippe Starck. Alors que le contrat de mobilier urbain de Paris et le Vélib sont aujourd’hui scindés, il lui faut désormais montrer qu’il est plus léger qu’un vélo Smoove (20 kg).

Envoyer par mail un article

Decaux ubérisé

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.