Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Salon

Dmexco, passage obligé de l'ad-tech

11/09/2017 - par emmanuel Gavard

En quelques années, le salon Dmexco s'est imposé comme un des principaux rendez-vous du secteur. Zoom sur ses points forts.

1050 exposants sont attendus pour l’édition 2017! En 2012, on en comptait à peine la moitié. Il n’a fallu que quelques années au petit salon Online Marketing, né à Düsseldorf, puis installé à Cologne, pour s’imposer dans le paysage professionnel de la publicité en ligne, pour devenir Dmexco. Là, au cœur d’une ville que l’eau parfumée a rendu célèbre, plus de 50000 visiteurs doivent trouver où se loger entre le 13 et le 14 septembre. La ville est d’ailleurs, depuis deux ans, confrontée à une pénurie de logements, cela pourrait limiter la croissance du salon Dmexco. C’est dire le succès! Pourquoi un tel engouement? «Il y a déjà la patte allemande dans l’organisation du salon, qui change tout», admet Frédéric Sadarnac, le créateur de Ratecard. Sa société est une sorte de grossiste de mètres carrés du salon pour les entreprises françaises. En tant que revendeur unique pour l’Hexagone, il suit le salon depuis ses débuts. En deux ans, il a quasi multiplié par quatre la surface qu’il gère, passant de 120 à 400 mètres carrés. Gratuit à ses débuts, Dmexco est devenu payant pour limiter le nombre de personnes.

Rendez-vous en Allemagne

«On l’ignore souvent mais 40% des salons professionnels mondiaux sont organisés en Allemagne. C’est un pays qui compte de très nombreuses grosses PME industrielles, et leurs dirigeants ont l’habitude de se retrouver lors de ces rendez-vous professionnels. On trouve, par exemple, un salon entier dédié aux roulements à billes…», continue-t-il. Et puis la décentralisation allemande, avec de grandes villes très rapprochées géographiquement, a forcément un impact sur l’organisation du pays. «Les professionnels sont dispersés dans plein de grandes villes, donc ils ne se rencontrent pas régulièrement, comme ça peut être le cas à Paris. Résultat, les salons sont les seuls moments où ils peuvent se retrouver. »

Dmexco, l'équivalent d'une quinzaine de terrains de foot 

Dans les travées de Dmexco règne une ambiance très spécifique, avec des professionnels très studieux, qui ne parlent que business. Autre chose marquante: le gigantisme de l’endroit. Au total, 90000 mètres carrés de stands, soit l’équivalent d’une quinzaine de terrains de football. «Les participants bossent énormément. On dit souvent que l’on va à Cannes pour dépenser de l’argent, et à Cologne pour en gagner», sourit Frédéric Sadarnac. Autre point fort: sa dimension internationale. Les participants ont accès à des personnalités qu’ils ne pourraient pas approcher ailleurs. Cette année, tout le monde attend de pied ferme Sheryl Sandberg, numéro 2 de Facebook, et madame publicité digitale du géant. Elle sera sûrement interrogée sur la suprématie des Gafa qui phagocytent la croissance du secteur… 

Envoyer par mail un article

Dmexco, passage obligé de l'ad-tech

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies