Vous êtes ici

Pour bénéficier des alertes ou des favoris, vous devez vous identifier sur le site :

Vous avez déjà un identifiant sur stratégies.fr ? Identifiez-vous

Pas encore d'identifiant ? Créez vos identifiants

Tribune

Comment recruter un millennial en 5 leçons

28/11/2017 - par Constance Desforges, project director chez Kantar Added Value

Dans les entreprises, la génération des 20-30 ans peine parfois à trouver ses marques, se heurtant à un mode de travail qu’elle juge souvent d’un autre temps. Pour autant, les millennials sont prêts à s’investir pleinement, à condition de respecter certaines règles.

Ils ont entre 20 et 30 ans, sont nos stagiaires, nos collègues, parfois nos supérieurs: ce sont les millennials. Leurs valeurs ? La recherche d’expériences et de liberté, un certain refus des contraintes mais aussi l’envie de s’impliquer pour faire avancer la société, des idéaux qui se heurtent souvent à la réalité du monde du travail d’aujourd’hui. Comment les entreprises peuvent-elles les séduire, les recruter, les fidéliser et surtout les rendre heureux ?

1. Horaires, lieu de travail : la fin des carcans

Les millennials veulent de la flexibilité : pouvoir travailler chez eux un jour par semaine pour éviter les bouchons et gérer les aléas du quotidien, s’installer dans un espace de co-working pour organiser plus facilement les rendez-vous, dormir tard un mardi matin mais travailler jusqu’à 23 h, emmener ses devices connectés partout pour décider de l’heure et du lieu de travail. Ils veulent sortir du 9 h-19 h inadapté aux rythmes d’aujourd’hui ; ils exigent d’échapper à l’open space qui n’a plus de sens. Travailler, c’est où je veux et quand je veux. Agilité et confiance sont leurs maîtres-mots.

2. Le sur-mesure de l’emploi

Une fiche de poste standardisée ? Un job aux contours clairement définis ? Les millennials n’en veulent pas. Habitués aux Nike personnalisables et aux Uber à la demande, ils conçoivent l’emploi comme devant être à leur image. Cocréé par eux. Ils veulent pouvoir en définir le périmètre, tant en fonction de leurs compétences que de leurs passions personnelles. Je suis commercial dans un laboratoire et j’écris à mes heures perdues ? Il me faut un poste où je serai (aussi) en charge d’écrire la newsletter et le contenu du site web. Ce n’est plus le candidat qui s’adapte au job, mais le job qui s’adapte au candidat.

3. Nourrir d’éternels étudiants

Prise de parole en public, italien débutant, création d’un site web… Les millennials sont désireux d’apprendre, de gagner en compétences, qu’elles soient techniques ou théoriques, et de stimuler leur cerveau. Entrer dans une entreprise ne doit pas marquer la fin de leur parcours éducatif. Formations, partage des savoirs entre collègues, mentoring, tutoriels en ligne, les millennials exigent d’être nourris et ils sont très créatifs quant aux méthodes à imaginer ! Chez Kantar Added Value par exemple, un « lunch & learn » mensuel permet à qui le souhaite de partager son expertise devant un plateau de sushis géant.

4. Pouvoir décider sinon rien

Zuckerberg, Bezos, Musk… L’image du PDG a pris un sacré coup de jeune. Les millennials ont intégré l’idée que l’on peut avoir moins de 30 ans et diriger une multinationale. Alors pourquoi eux devraient attendre ? Habitués à s’exprimer, peu sensibles à la hiérarchie, ils veulent faire partie des processus de décisions, assister aux Comex, influer sur les choix stratégiques. D’où l’apparition des « shadow committees », ces instances composées de jeunes qui répliquent en miroir un conseil de direction, ou du « reverse mentoring », qui permet à Caroline, chargée de projet de 23 ans, d’être la marraine de Xavier, CEO et fondateur d’une agence de publicité.

5. Sous le travail, l’engagement 

Les millennials veulent changer le monde, en tout cas, contribuer positivement à l’évolution de la société. Les start-up solidaires attirent les talents : Canibal incite au tri sélectif par le jeu, Jaidemaville fait remonter les besoins des habitants aux mairies, Decideus organise des débats en ligne… Elles sont le nouvel eldorado des jeunes diplômés, qui veulent admirer le combat de leur employeur pour s’engager à 100 %. Car ces jeunes ont vu leurs aînés s’apercevoir à 40 ans que le métier d’avocat d’affaires enrichissait le portefeuille mais pas l’âme. Alors ils veulent faire le bon choix dès le début, être utiles.

En un mot, les millennials sont une génération follement exigeante, qui en demande beaucoup aux entreprises, mais qui n’hésite pas à s’investir pleinement dans ce qu’elle croit. Prêt pour faire passer l’entretien ?

Envoyer par mail un article

Comment recruter un millennial en 5 leçons

Séparer les adresses par des virgules
M’envoyer une copie par e-mail
Email this Article

Thank you for your interest in spreading the word about Stratégies.

NOTE: We only request your email address so that the person you are recommending the page to knows that you wanted them to see it, and that it is not junk mail. We do not capture any email address.

Plus d’informations sur les agences avec les Guides Stratégies

W